Technologies

La fiabilité des reconnaissances faciale et vocale mise en cause

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Technologies

À propos d’une expérience du Massachusetts Institute of Technology qui a testé trois systèmes de reconnaissance faciale disponibles dans le commerce, créés par Microsoft, IBM et la société chinoise Megvii, la revue NewScientist (n°3165 du 17 février 2018) constate que « les systèmes ont correctement identifié le sexe des hommes blancs à 99 %. Mais que le taux d'erreur a augmenté pour les personnes à peau foncée, atteignant près de 35 % pour les femmes. »

Cela pose un problème notamment pour les systèmes de reconnaissance faciale utilisés par la police.

De même, les réponses des systèmes d’intelligence artificielle pourraient aussi être fortement biaisées dans la mesure où les données disponibles sur lesquelles ils fondent leurs raisonnements concernent environ 75 % d’hommes et plus de 80% de blancs.

L’authentification vocale vulnérable

D’autre part, le moteur de recherche chinois Baidu annonce qu’il est capable de créer une copie de la voix d’une personne en utilisant des réseaux de neurones - et ce à partir de moins d'une minute d'audio de la personne qui parle.

La technologie du clonage vocal s'est rapidement améliorée ces dernières années, constate NewScientist (n°3166 du 26 février 2018). « En 2016, Adobe a publié VoCo, qui pourrait imiter la voix de quelqu'un en utilisant 20 minutes d'audio. L'an dernier, la start-up canadienne Lyrebird a lancé un service permettant à n'importe qui de créer une copie numérique de sa voix en se basant sur une minute d'audio. »

« Rita Singh, experte en science médico-légale vocale à l'Université Carnegie Mellon, souligne que même les meilleures voix synthétisées contiennent des signaux numériques facilement détectables par des algorithmes avancés de profilage vocal.

Mais la plupart des systèmes d'authentification vocale - utilisés pour sécuriser notamment les services bancaires accessibles par smartphones - peuvent être bernés parce qu'ils reposent sur la collecte de grandes caractéristiques statistiques, dit-elle.

En 2014, Nitesh Saxena, chercheur en sécurité à l'Université de l'Alabama, a montré qu'un outil de morphing vocal disponible gratuitement pouvait tromper 80 à 90 % des systèmes d'authentification vocale. »

Enfin, si les systèmes biométriques vont encore s’améliorer, en revanche notre  capacité à détecter les faux n’évolue pas. Cela soulève le spectre de nouvelles fraudes à venir comme utiliser la synthèse vocale pour tromper un interlocuteur sur l’identité de la personne qui parle ou encore propager de fausses nouvelles en imitant la voix d'un politicien... <

PhC