Technologies

L’affichage électrochrome : un nouveau dispositif anti-contrefaçon à bas coût

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Technologies

Porté par un chercheur de l’Institut de Chimie de la Matière Condensée de Bordeaux (ICMCB), unité propre du CNRS, et en partenariat avec une entreprise, le projet ANR-PEPs, achevé en juillet 2014, a permis de développer un dispositif basé sur un nouveau concept technologique associant l’affichage électrochrome, l’électronique imprimée et le smartphone, comme solution innovante de lutte anti-contrefaçon. Les résultats seraient très encourageants en termes d’architecture, de coût, de performances optiques et de recyclabilité des afficheurs électrochromes.

Le projet DELI « Dispositif ELectrochrome Imprimé » vise à poursuivre le développement de la technologie, en proposant une solution anti-contrefaçon basée sur un dispositif électronique qui s’imprime soit sur une étiquette adhésive ou directement sur les emballages. Il s’agit d’un afficheur électrochrome, qui répondrait d’une part, aux besoins « marché » des solutions anti-contrefaçon (couleur, contraste, cinétique, réversibilité…) et d’autre part, aux contraintes industrielles de fabrication de manière à assurer son industrialisation.

Ce dispositif présente l’avantage de pouvoir être utilisé directement par le consommateur final, sans équipement ou appareillage spécifique autre qu’un smartphone. Grâce à un simple scan, les clients laboratoire pharmaceutique ou marque de luxe pourront retracer le parcours de chaque produit et de leurs lots industriels, leur permettant de détecter les réseaux de distribution frauduleux.

Outre ces fonctionnalités permettant l’authentification et la traçabilité des produits, cette technologie serait difficilement imitable (combinaison de plusieurs solutions), facilement identifiable par les douanes et autres administrations de contrôle et par son faible coût.

Un industriel pour assurer le transfert de technologie

L’objectif du programme de maturation, soutenu par Aquitaine Science Transfert et le groupe Luquet & Duranton, est de développer un afficheur électrochrome transposable à l’échelle pilote préindustrielle (matériaux, encres, procédés). La technologie s’adresse en priorité au secteur des médicaments du fait de la connaissance du secteur médical par l’entreprise, mais aussi du luxe. La société Luquet & Duranton développe des articles de papeterie pour la santé et les services administratifs. D’autres secteurs potentiels, tels que les dispositifs médicaux ou les pièces industrielles, pourront également être adressés dans un deuxième temps.

Le Conseil d’administration d’Aquitaine Science Transfert (SATT Aquitaine) vient de donner son feu vert pour 1 331 650 euros d’investissements dans 12 nouveaux programmes de maturation, dont le projet DELI. L’objectif de ces programmes est d’accélérer le « time-to-market » des technologies issues de la recherche académique, pour en faire des innovations rentables, créatrices de valeur économique et d’emplois.

PhC

www.ast-innovations.com