Technologies

Vers une mesure simple et rapide des sulfites dans le vin

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Technologies

Le dioxyde de soufre, SO2, est un additif alimentaire largement utilisé durant tout le processus de vinification du fait de ses propriétés antiseptiques, antioxydantes et antioxydasiques. Afin d’en contrôler les effets — notamment les effets négatifs d’un surdosage sur les consommateurs sensibles — le vinificateur a besoin d’en connaître régulièrement la teneur tout au long de la vie du vin pour éventuellement la réajuster si nécessaire.

À ce jour, il n’existe pourtant pas au sein des exploitations viticoles de moyens rapides, directs et facilement utilisables par un non-spécialiste pour mesurer la quantité de SO2 présente dans le vin de manière libre ou combinée (liée à d’autres composés).

Une simple sonde, pour un résultat en quelques minutes 

Le projet SO2WINE, soutenu à hauteur de 119 000 € par la SATT Aquitaine, a pour ambition de développer une nouvelle méthode pour le dosage du SO2 dans différents types de vins en se basant sur une mesure électrochimique directe, précise et très rapide. Ce projet est porté par un chercheur du groupe NanoSystèmes Analytiques (NSysA) de l’Institut des Sciences Moléculaires (ISM - Université de Bordeaux / Bordeaux INP / CNRS).

Les études déjà réalisées ont mis en évidence une sensibilité et une spécificité très satisfaisantes, la méthode mise en œuvre permettant d’obtenir en quelques minutes des valeurs de concentrations en sulfites très proches de celles obtenues par la méthode de dosage classiquement utilisée en œnologie. L’objectif est à présent de mettre au point, d’ici à un an,  un système portatif et utilisable directement au chai comprenant une sonde intégrant un ensemble d’électrodes et un boîtier de mesure.

La preuve de concept ayant été établie sur plusieurs types de vins, il reste à tester et optimiser la sonde sur des échantillons de différentes natures (cépages, provenance géographique, taux d’alcool et pH variables, etc).

Un outil de mesure simple, efficace et compétitif en prix pourrait ainsi être mis sur le marché dès 2017 pour mesurer le SO2 libre et le SO2 moléculaire contenus dans les vins, sans mettre en œuvre de méthodes chimiques plus complexes réservées aux laboratoires d’analyses œnologiques.