Technologies

Poinçonnage des métaux précieux, la filière passe au marquage laser

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Technologies

La Douane a présenté aujourd’hui, 3 février 2015, son nouvel outil de marquage laser et remit les autorisations à recourir à ce procédé aux cinq premières sociétés candidates : AV 10, Cambour, Fair'Belle, Mathon et Oteline.

L’apposition d’un poinçon sur les ouvrages en métaux précieux permet de garantir la teneur en or, en platine ou en argent des pièces de bijouterie, de joaillerie, d’orfèvrerie et d’horlogerie, commercialisées sur le territoire.

Apposé jusqu'ici de manière mécanique *, notamment par les services douaniers, le poinçon peut désormais également être gravé au laser. Le dispositif conçu par le Comité Francéclat repose sur la mise en œuvre simultanée d’un graveur authentifié par biométrie, de fichiers dématérialisés sécurisés et d’une clé de décryptage, qui assure l’inviolabilité du système.

Cette évolution technologique permet notamment de poinçonner les ouvrages les plus fragiles ou de forme complexe sans risque de déformation. Le nouveau procédé permet  aussi d'apposer le poinçon spécifique de la marque « Joaillerie de France », propriété de l'UFBJOP (Union française de la bijouterie joaillerie, orfèvrerie des pierres et des perles), qui garantit aux consommateurs le respect de la tradition joaillière française.

En 2014, la filière comptait plus de 1400 professionnels habilités à apposer eux-mêmes leur poinçon. Aujourd’hui 20 d’entre eux ont entrepris la démarche du marquage au laser. Les gains pour ces sociétés candidates sont estimés à plus de deux millions d’euros. Plus de 2,7 millions d’ouvrages en or, argent ou platine sont poinçonnés chaque année sur le territoire.


* L’utilisation de poinçons métalliques, destinés à protéger les consommateurs contre les risques de tromperie, remonte au XIII° siècle.