Technologies

Fujifilm lance ses étiquettes anti-contrefaçon en Europe

Écrit par Philippe COLLIER le . Rubrique: Technologies

Commercialisé depuis deux ans au Japon, le procédé de marquage authentifiant ForgeGuard® se pose en concurrent direct des hologrammes et des procédés d’impression sécurisés.

La technologie optique ForgeGuard est exclusivement détenue par Fujifilm. Elle exploite le savoir-faire très particulier et la réputation du célèbre fabricant de films photographiques.

Selon Takashi NOMURA, responsable marketing de FujiFilm en Europe, « le procédé innovant ForgeGuard bénéficie de nombreux atouts :
1/ Il permet de réaliser des étiquettes authentifiantes d’une sécurité très robuste ;
2/ Le contrôle d’authenticité est immédiat et facile à opérer à l’aide d’un simple « viewer » très économique, en fait un filtre polarisant standard ;
3/ L’investissement initial de conception est très bon marché comparé aux hologrammes. »

Techniquement ForgeGuard repose sur de multiples brevets de chimie fine et de process dont Fujifilm garde jalousement les secrets de composition et de fabrication. Toute la production provient exclusivement de ses usines.

À première vue, les étiquettes ont une apparence neutre blanche ou gris métallisé. Mais, l’emploi d’un filtre de lecture standard permet de révéler des informations cachées. En l’occurrence des images multicolores (texte ou logo) impossibles à imiter.

01-ForgeGuard

FujiFilm propose trois types d’étiquettes ForgeGuard :
- Les « seal label » de formats carrés ou circulaires de 7 mm à 33 mm ;
- Le « parts label » est une étiquette de 45 X 70 mm avec un ruban sécurisé de 3 mm de large ;
- Le « tag label » spécialement destiné aux produits lavables (vêtements). Dans ce cas le marquage est protégé entre deux couches étanches de film uréthanne.

Le procédé peut résister à une température jusqu’à 200° C. Éventuellement, une couche de protection (par lamination) peut protéger les étiquettes contre l’humidité. Enfin, toute tentative de décollage de l’étiquette détruit le marquage authentifiant. Les étiquettes sont livrées en planches ou en rouleaux. Elles s’adaptent à toutes les machines et peuvent être collées sur tous les types de supports.

Un processus de fabrication rapide

La réalisation d’un prototype, selon les spécifications du client, demande 1 mois et la première commande, de 100 000 unités minimum, peut être livrée deux mois après.

04-Planning

Les frais d’entrée sont particulièrement réduits, de l’ordre de 1 000 € pour analyser les besoins du client. Quant au prix de revient d’une étiquette carré de 10 mm, il est de l’ordre de 20 à 30 centimes d’euros selon la quantité.

Un prix, considéré par Takashi NOMURA, « comme compétitif si l’on tient compte de l’ensemble des éléments garantissant le niveau de sécurité d’une chaîne anti-contrefaçon.
La robustesse du procédé permet, en effet, d’allonger considérablement la durée de vie des étiquettes. De plus, il n’est pas nécessaire d’équiper les contrôleurs (réseaux de distribution, douaniers ou clients) d’un équipement sophistiqué ou de devoir les former. »

02-sportwaer

Au Japon, le procédé ForgeGuard aurait déjà séduit une cinquantaine de clients diversifiés. Les premiers secteurs concernés sont notamment des équipementiers automobiles, comme HINO Motors, des fabricants de sportswear, comme YONEX ou encore d’équipements sportifs, comme OLYMPIC Co., LTD. Ces références clients sont décrites sur le site du fabricant à l’adresse suivante : http://www.fujifilm.com/products/forge_guard/#examples/.

Viennent ensuite des activités très diverses comme les fabricants de pièces détachées, de produits de consommation, de tabacs, de montres, de cartes d’accès…

Autant de références qui devraient séduire les entreprises européennes et plus particulièrement, en France, les industries de pointe, le luxe ou encore les producteurs de vins et spiritueux.

Philippe Collier