Technologies

Nouveau procédé « laser-holographique » de marquage des produits

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Technologies

Les procédés de gravure des produits, ou de leurs composants, par laser, par effet thermique ou ablation de matière, sont devenus faciles à copier, dès lors que le prix des lasers industriels a fortement baissé.

C’est pourquoi, la société allemande 3D-Micromac AG vient de présenter au Salon LASYS de Stuttgart un nouveau procédé de marquage laser des produits métalliques ou des surfaces de silicium. Le nouveau procédé, considéré comme infalsifiable, a été mis au point, dans le cadre du projet ZIM « perfekt ». Il utilise un laser à « impulsions ultracourtes » et un système de diffraction optique (Diffractive optical elements - DOE ).

Lorsque le faisceau laser traverse le DOE, ce dernier génère un motif d'interférence caractéristique qui est ensuite transféré à la surface du composant. En modifiant la position du DOE, par rotation ou déplacement, des signatures uniques peuvent être créées que l’on peut ensuite déchiffrer à l’aide d’un dispositif de lecture mobile.

Autre avantage par rapport à la gravure laser classique, la profondeur du marquage reste superficielle, de 100 nm à 200 nm, ce qui n’affecte pas les caractéristiques du matériau. Il est vrai que les premières gravures laser ne pouvaient pas être utilisées, notamment sur certaines pièces aéronautiques, du fait des déformations thermiques ou des microfissures que le laser pouvait occasionner.

Le procédé de marquage « laser-holographique » résisterait aussi à l'ingénierie dite inverse, ce qui signifie qu'il n'est pas possible de déterminer le type de DOE utilisé ou sa position à partir de la lecture du motif.

3D-Micromac AG propose cette nouvelle fonction de marquage en option sur son centre de micro-usinage laser « microSTRUCTTM ». Seule inconnue, le prix de cet équipement dont, selon un spécialiste, le prix pourrait varier de 200 000 à 750 000 euros selon le type de laser utilisé ( picoseconde ou femtoseconde).

www.3d-micromac.com

Nota : nous consacrerons prochainement un article à la société QIOVA, une start-up française qui développe des solutions de marquage laser similaires sinon plus performantes.