Technologies

Covertix embarque la sécurité dans les fichiers numériques

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Technologies

Covertix_logoLa société israélienne Covertix propose, après deux années de développement, SmartCipher™, une solution révolutionnaire de marquage et de traçabilité des informations sensibles et stratégiques des entreprises.

Une approche qui répond aux besoins des organisations de garder le contrôle de leurs informations, n’importe où et n’importe quand, même lorsqu’elles sont utilisées par des tiers, perdues, volées ou piratées sur une clé USB ou gravées sur un CD.


SmartCipher™ est un système de gestion des droits des fichiers qui sécurise et surveille des données sensibles. Le plus étant que les conditions d’usage sont embarquées dans les fichiers eux-mêmes. La protection se déplace donc avec eux à l’intérieur comme à l’extérieur de l’entreprise.

Covertix-DashboardLe système étiquette automatiquement les actifs numériques en fonction de l’emplacement, du contenu (format, mots-clés, métadonnées) et du contexte du fichier et assure en permanence un suivi et une sécurisation de ces actifs. Il protège les documents, même lorsque l’utilisateur est déconnecté, puisque les stratégies d’utilisation (ouvrir un fichier, l’imprimer, le modifier, le transférer…) sont intégrées aux fichiers. Un tableau de bord permet un contrôle en temps réel et la possibilité d’envoyer des alertes chaque fois que la stratégie d’utilisation est violée.

Covertix offre une approche holistique de la sécurité, invisible pour les utilisateurs, combinant les modes de chiffrement et de détection permettant la mise en œuvre d’une zone de sécurité 3T autour du fichier. Celle-ci permet soit :

  • un contrôle total ;
  • une protection ciblée sur les fichiers les plus sensibles ;
  • ou une utilisation transparente des actifs numériques (ceux-ci sont néanmoins tracés, ce qui permet de cartographier les usages et donc aider à définir une politique de sécurité).

Une solution pour les éditeurs et Free ?

Nous pensons que cette solution devrait fortement intéresser les éditeurs de contenus numériques informationnel ou multimédia (musiques, films, e-book, presse). Après la catastrophe commerciale et médiatique des premiers dispositifs anti-copies, Covertix propose un IRM (Information Right Management) performant qui laisse entrevoir ce que pourrait être un vrai système de DRM (Digital Right Management).

Mais pour l’instant SmartCipher™ ne traite que les documents Office de Microsoft et PDF d’Adobe. Des développements sont en cours pour intégrer l’univers Macintosh d’Apple et les formats des smartphones et les données multimédias.

Covertix déclare vouloir mettre l’Europe et la France dans ses priorités commerciales. Elle est déjà représentée en France par la société lyonnaise Carmel Technologies.

Quant au prix : pour une solution concernant 250 utilisateurs , il faut compter environ 20 000 euros et pour 1 000 utilisateurs et plus environ 75 000 euros, auxquels s’ajoute une licence annuelle de 18 %.

Covertix a été créée en 2008 et a bénéficié, début 2011, d’une levée de 1 million d’euros, auprès de Kima Ventures, le fonds d’investissements créé par Xavier Niel, fondateur du groupe de télécommunications Iliad et du fournisseur d’accès Free, et de Jérémie Berrebi, à l’origine de nombreuses start-up Internet. Nul doute que la technologie Covertix sera aussi très utile à Free pour rémunérer et rassurer les fournisseurs de contenus protégés…

Enfin, Covertix est un partenaire Symantec et a remporté le Prix 2011 des Top 100 Red Herring Europe.

Philippe Collier

Le besoin de protection en quelques chiffres* :

Aujourd’hui la lutte contre la fuite d’informations est un enjeu majeur pour les entreprises :
• Coût moyen des pertes de données en France en 2010: 2,2 millions d’euros (+16 % par rapport à 2009)
• Coût par donnée perdue : 98 €
• Perte de données la plus coûteuse constatée en 2010 : 8,6 millions d’euros (+35 % soit +2,2M € par rapport à 2009)
• Perte de données la moins coûteuse : 282 000 € (+10% soit +26 000 € par rapport à 2009)
• 38 % des pertes de données résultent d’actes malveillants (contre 35 % en 2009)
• Coût moyen des pertes de données résultant d’actes malveillants en 2010 : 141 € en moyenne par donnée concernée
• 38 % des infractions sont liées à des appareils mobiles contenant des données sensibles (contre 35 % en 2009).

*source: Ponemon Institute pour Symantec