Opération MISMED 2 : plus de 165 millions d'euros de médicaments saisis faisant l'objet d'un trafic illicite

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Sécurité des consommateurs

L’action exercée par les autorités répressives, sanitaires et douanières de 16 pays européens a permis de saisir plus de 13 millions de doses d'une valeur de plus de 165 millions d'euros.

Dirigée par la gendarmerie nationale française et les douanes finlandaises Tulli, avec le soutien actif de la Coalition contre la criminalité de la propriété intellectuelle d'Europol (IPC3), MISMED 2 a permis de procéder à 435 arrestations et de récupérer des articles d'une valeur d'environ 168 millions d'euros, dont 13 millions d’unités et 1,8 tonne de médicaments. 24 groupes criminels organisés ont été démantelés et des avoirs criminels d'une valeur de 3,2 millions d'euros ont été récupérés.

Ces actions communes ont été menées sur une période de 7 mois (d’avril à octobre 2018).
Depuis le début de cette opération l'année dernière, le nombre de pays participant à MISMED a considérablement augmenté, reflétant l'engagement croissant des pays à lutter contre cette menace. Cette année, 7 nouveaux pays (Belgique, Bulgarie, Chypre, Lituanie, Portugal, Serbie et Ukraine) se sont associés aux 9 premiers États membres participants (Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Roumanie, Espagne et Royaume-Uni).

L'abus de médicaments est un problème grave et croissant qui doit être résolu à l’échelle  européenne. La criminalité organisée se tourne de plus en plus vers cette activité criminelle, car il procure des profits très élevés à leurs auteurs avec des risques relativement faibles en matière de détection et de sanctions pénales.

Les enquêtes de cette année ont révélé que le trafic couvrait non seulement des médicaments opioïdes, mais aussi des produits pharmaceutiques utilisés pour le traitement de maladies graves telles que le cancer et les maladies cardiaques, ainsi que des médicaments améliorant la performance et l’image.

Enfin, le nombre des produits falsifiés/contrefaits faisant l’objet d’un trafic a également augmenté. Le nombre de ces produits saisis représentant plus de la moitié des 13 millions d’unités saisies. <