Automobile : une coalition internationale contre la vente de pièces détachées de contrefaçon

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Sécurité des consommateurs

Logo-MEMALa Motor & Equipment Manufacturers Association et dix-sept autres organisations dans le monde* lancent un appel contre Alibaba et ses portails pour l’identification des vendeurs de produits contrefaisants.

« Les victimes de la contrefaçon sont partout » déplore la Motor & Equipment Manufacturers Association (MEMA) dans une lettre à l'Office of the U.S. Trade Representative (USTR)  et d’autres organisations sectorielles.

Cette coalition est une première étape d’un effort multi-facette engagé par la MEMA et sa division Automotive Aftermarket Suppliers Association (AASA) pour encourager le gouvernement des États-Unis à agir plus fermement contre ces pratiques.

MEMA exhorte l’USTR à identifier les sites Web et les marchés physiques connus pour la vente de produits contrefaisants dans son fameux rapport annuel Special 301 Out-of-Cycle Review of Notorious Markets.

Parmi les sites que MEMA vise spécifiquement  citons le portail business-to-business Alibaba.com, AliExpress.com, et  TaoBao.com. Alibaba.com, qui relie les fabricants chinois avec les acheteurs internationaux, est le plus grand détaillant au monde ; AliExpress.com est un service de vente en ligne composé principalement de petits fabricants chinois et de distributeurs qui offrent des produits aux acheteurs internationaux en ligne ; et TaoBao.com, qui fonctionne comme eBay. com, est signalé comme étant l'un des 20 sites les plus visités au niveau mondial etpropose  près d'un milliard de produits. Les trois sites vendent des pièces automobiles contrefaites, affirment les membres de MEMA.

Alors que Alibaba, Taobao, et d'autres sites en ligne ont été énumérés dans le rapport  Special 301 Out-of-Cycle Review of Notorious Markets dans le passé, l'USTR a retiré TaoBao.com de la liste en 2012. En 2015, après une contribution importante de MEMA et d'autres parties prenantes, l'USTR n'a pas retenu Alibaba.com ou ses sites affiliés dans le rapport 2015, mais a exigé qu’Alibaba mette en place « des systèmes plus solides et plus efficaces pour répondre aux préoccupations des titulaires de droits... Sans retard. »

« Alors que les dirigeants Alibaba ont fait de nombreuses annonces il y a quelques mois, sur les moyens qu'ils comptent employés pour résoudre ces questions, aucune modification n'a été mise en œuvre à ce jour », constate la lettre de la MEMA. « Nous sommes impatients de travailler avec Alibaba, le gouvernement des États-Unis, et avec d'autres parties prenantes pour parvenir à un changement réel sur les plates-formes Alibaba.»

Le texte intégral de la lettre de la MEMA est disponible ici. Le texte intégral de la lettre de la MEMA à l’USTR est disponible ici.<

 

* Liste des organisations se joignant à l’initiative MEMA : American Apparel & Footwear Association (AAFA) ; AFL-CIO ; Auto Care Association ; Fashion Accessories Shippers Association (FASA) ; Fashion Jewelry & Accessories Trade Association ; Rubber and Plastic Footwear Manufacturers Association ; Travel Goods Association (TGA) ; UNION DES FABRICANTS (UNIFAB) ; Federation of the Swiss Watch Industry FH (HFS) ; Istituto di Centromarca per la lotta alla contraffazione (INDICAM) ; Norwegian anti-counterfeiting group (NACG) ; and Asian Coalition Against Counterfeiting And Piracy (ACACAP).