Des obligations très strictes pour bénéficier du « .PHARMACY »

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Sécurité des consommateurs

La nouvelle extension  «.pharmacy » est actuellement en période de Sunrise jusqu’au 16 mars 2015. La nouveauté est que, pour la première fois, cette extension est soumise à des conditions de délivrance très strictes de compétences et professionnelles.

L’acquisition de l’extension « .pharmacy » s’adresse uniquement à l’industrie pharmaceutique, aux laboratoires, aux pharmaciens, aux écoles ou universités de médecine ou encore aux grossistes répartiteurs de médicaments …

Les candidats doivent en effet démontrer leurs compétences professionnelles et qu’ils respectent les normes et les obligations établies par une coalition mondiale regroupant la Fédération Internationale Pharmaceutique (FIP) et  le National Association of Boards of Pharmacy (NABP). Cette coalition est à la fois la propriétaire et l’exploitante du « .pharmacy ». La commercialisation proprement dite des noms de domaine étant confiée, comme d’habitude,  à des « registrars » et partenaires commerciaux.

Rappelons que pendant la « Sunrise Period »,  il est possible d’enregistrer de façon prioritaire un nom de domaine avec une nouvelle extension. Seuls toutefois les détenteurs de marque authentifiés sont en mesure de réserver un domaine correspondant à leur marque. Mais, dans tous les cas, les conditions de délivrance du « .pharmacy » seront maintenues même après la période de Sunrise.

Des enjeux de confiance et de crédibilité

Il est évident que les noms de domaine en « .pharmacy » doivent être crédibles et inspirer la plus grande confiance auprès des consommateurs.  « Son objectif est justement d’offrir aux clients à travers le monde le moyen de trouver des pharmacies en ligne sûres, légales et éthiques. Ce qui est actuellement loin d’être le cas, » explique Stéphane Berlot, responsable des ventes France et Benelux de MarkMonitor, qui gère les portefeuilles de noms de domaine de grandes sociétés et veille sur leurs détournements éventuels.

« Sur les dizaines de milliers de sites Internet malhonnêtes qui vendent des médicaments en ligne, The National Association of Boards of Pharmacy (NABP) a examiné plus de 10 800 et constaté que près de 97 % d'entre eux ne respectaient pas les obligations réglementaires qui régissent les pharmacies et les normes visant à protéger la santé publique. Par conséquent, NABP autorisera uniquement l'utilisation du domaine « .pharmacy » pour les sites Internet qui adhèrent au cahier des charges du domaine pharmaceutique dans les juridictions où ils ont leur siège et où leurs patients et clients résident, afin que les consommateurs puissent facilement trouver des pharmacies en ligne sûres. »

Philippe Collier