Escroqueries alimentaires : attention à la baisse de confiance des consommateurs

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Sécurité des consommateurs

Pour la quatrième année consécutive, l'opération internationale OPSON de lutte contre les trafics, fraudes et contrefaçons alimentaires, menée par Interpol dans 47 pays, a conduit à la saisie de 2 500 tonnes de produits frelatés ou contrefaits (lire notre information récente).

En France, la douane a trouvé du caviar chinois douteux, de fausses boites de « caviar d'Aquitaine » et 17 tonnes de farine de krill destinées à l'aquaculture dans le port du Havre. Les douaniers ont aussi saisi 4 tonnes de fraises importées illégalement à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle. L’enquête pointe aussi du doigt Internet, comme fort accélérateur de l’offre criminelle.

L’industrie alimentaire est confrontée aux dommages sans précédent causés par la prolifération de produits contrefaits qui empruntent les réseaux de distribution traditionnels et, de plus en plus, Internet. Le boom du commerce électronique touche désormais pleinement le secteur de l’alimentation. Le préjudice se mesure non seulement en termes de pertes économiques considérables engendrées par l’orientation des ventes vers des produits contrefaits mais également en termes de baisse de la confiance envers les marques affectées et de santé publique.

Selon MarkMonitor — spécialiste de la protection des marques sur Internet — « les mesures policières et législatives ne pouvant à elles seules résoudre le fond du problème, la solution ne peut venir que de la vigilance des propriétaires des marques et de la sensibilisation des consommateurs. Qu’ils appartiennent à des structures ou coopératives de grande ou moyenne envergure, les producteurs doivent se doter des outils nécessaires pour protéger leurs marques afin d’empêcher les falsificateurs de parvenir à commercialiser leurs produits contrefaits sur Internet. »

Bien entendu comme une surveillance manuelle efficace de l’Internet se révèle impossible. Il faut compter sur des solutions informatiques spécialisées pour détecter les abus.

Toute stratégie de protection des marques doit impliquer une stratégie de défense active identifiant les moyens administratifs, juridiques et/ou techniques nécessaires à la fermeture de ces sites de marques ou de produits frauduleux pour éviter aux consommateurs d’être victimes d’escroqueries.

Il est certain que lorsque les fraudeurs détectent les stratégies défensives des marques, leur intérêt se reporte généralement sur d’autres entreprises moins susceptibles de leur causer des problèmes.

MarkMonitor estime malheureusement que le problème de la distribution et de la vente de produits alimentaires contrefaits est voué à se développer tant dans les circuits de distribution classiques que par le biais de la vente en ligne.

Face à ce phénomène, le secteur de l’alimentaire doit utiliser tous les outils dont il dispose pour prendre des mesures de protection de ses marques et produits de façon à ne pas entacher le prestige de ces derniers et surtout à ne pas risquer de perdre la confiance des consommateurs ou de mettre en péril leur sécurité.