USA : les auteurs du plus grand braquage pharmaceutique sont en prison

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Réparation

Au milieu d’un mois de mars venteux, un semi-remorque se présente sur un quai de chargement dans un entrepôt isolé d’Enfield, dans le Connecticut. Il était tard un samedi soir. Avant le lever du jour, le lendemain matin, les voleurs avaient emporté pour 60 millions de dollars de produits pharmaceutiques — le plus important vol de l'histoire de l'État.

Le plus surprenant dans ce braquage d’un entrepôt des laboratoires Eli Lilly en 2010 — y compris un appel mystérieux à la police locale quelques jours plus tard — est, selon le FBI, l’efficacité du travail d'enquête qui a permis de récupérer les médicaments volés, d’arrêter les voleurs et de les envoyer en prison.

La petite ville d'Enfield se trouve à environ 20 miles au nord d’Hartford. « Vous ne devineriez jamais qu'il y a un entrepôt là-bas avec des millions de dollars de produits pharmaceutiques à l'intérieur, » constate l'agent spécial Damian Platosh, de la New Haven Division du FBI, qui a supervisé l'enquête sur le vol, parmi un groupe restreint de criminels spécialisés dans le vol de marchandises.

FBI-Pharmaceutical-Theft

Ces voleurs de cargaison spécialisés - une partie d'un groupe criminel connu sous le nom de Cuban Mob - étaient des experts. Ils ciblaient des installations qui stockent des médicaments, des cigarettes et des appareils électroniques grand public tels que des téléphones cellulaires. Ils savaient comment détourner la surveillance, et ils étaient compétents pour désactiver les systèmes d'alarme. Enfin, ils savaient comment charger et déplacer de gros volumes de fret.

Dans la nuit du 13 mars 2010, un des voleurs a caché une échelle dans le parking arrière de l'entrepôt. Plus tard cette nuit-là, deux cambrioleurs ont grimpé au sommet de l'entrepôt et ont découpé un trou dans le toit. En utilisant des cordes, ils se sont introduits dans l'installation et ont neutralisé le système d'alarme.

« Ils savaient exactement comment ce type de système d'alarme était mis en place, » a déclaré M. Platosh. Pour quiconque surveillait le système à distance, il semblait que la tempête en cours ce jour-là avait désactivé le système.

Le lendemain matin les employés ont découvert l'absence de 40 palettes de produits pharmaceutiques, y compris des milliers de boîtes de médicaments populaires comme le Cymbalta et le Prozac. « Ils ont pris la crème de la récolte », a déclaré Platosh, « et ils ont chargé le nombre exact de palettes qui s'inscriraient dans leur remorque. Ils savaient exactement ce qu'ils faisaient. »

En raison de l'ampleur du vol, le département de la police d'Enfield a appelé le FBI pour obtenir de l'aide. À mesure que les nouvelles du vol se répandirent dans les médias, un appelant anonyme a indiqué à la police que les personnes impliquées avaient des noms cubains, et que l'un des voleurs était connu comme El Gato, le chat.

Les experts de la Division de Miami du FBI, qui a un groupe de travail sur le vol de fret, ont suggéré que les voleurs utilisaient probablement une « voiture de suivi » en plus du semi-remorque, et qu'ils se seraient vraisemblablement dirigés vers le Sud après le cambriolage.
 
Selon Platosh, « armés de cette information, nous avons commencé à faire une enquête logique. Il s'agissait d'un travail classique, en trouvant les bons points sur la carte, en vérifiant les hôtels, les locations de voiture, les réservations aériennes, l'analyse des téléphones cellulaires, ce genre de chose…
Dans le même temps, les outils du cambriolage laissés sur place — un type particulier de coupe, des gants de travail et d'autres objets — ont été soigneusement examinés.  Ainsi les ouitld laissés dans l'entrepôt ont été achetés la nuit précédente dans une quincaillerie de Flushing Meadows, à New York. »

Et puis un autre élément laissé sur la scène du crime — une bouteille d'eau en plastique — a été analysé. L'ADN sur la bouteille correspondait à un individu cubain vivant en Floride avec des antécédents de vol de cargaison.

Tout cela a permis d'identifier les quatre suspects impliqués dans le vol : Amaury Villa, Amed Villa, Yosmany Nunez et Alexander Marquez. Les sujets se sont séparés après le vol et se sont réunis en Floride, où les médicaments ont été transférés dans des unités d'entreposage automatique dans la région de Miami.

Les agents de Miami ont mis la marchandise volée sous surveillance. Et en octobre 2011, les autorités ont inspecté l’entrepôt de stockage en Floride et récupéré les médicaments volés. Amed Villa et ses co-complices ont été accusés de ce crime ainsi que d'autres vols de marchandises :

• 13,3 millions de dollars en produits pharmaceutiques de l'entrepôt GlaxoSmithKline en Virginie en 2009 ;
• Plus de 8 millions de dollars de cigarettes et une cargaison de marchandises d'un entrepôt de l’Illinois en 2010 ;
• Environ 7,8 millions de dollars de  téléphones cellulaires et de tablettes dans un entrepôt en Floride en 2011 ;
• Plus de 1,5 million de dollars de cigarettes provenant d'un entrepôt du Kentucky en 2011.

Pour chacun de ces vols, Amed Villa et sa bande sont entrés dans l'entrepôt par le toit, ont désactivé le système d'alarme et chargés les marchandises dans des camions.

L'ADN de Villa a été identifié sur les articles abandonnés lors de ces vols dans le Connecticut, l'Illinois, la Floride et la Virginie. Amed Villa a plaidé coupable et, en décembre 2016, l'homme de 51 ans a été condamné à sept ans de prison. Ses trois complices sont aussi en prison. <

PhC