Le bijoutier Tiffany une nouvelle fois débouté face à eBay

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Réparation

Selon le site pro-clubic.com, « eBay vient de remporter une victoire en justice avec l'arrêt des poursuites qui l'accusaient d'avoir trompé ses clients en autorisant la vente de bijoux contrefaits de la marque Tiffany. »

« Tiffany n'est pas parvenu à établir qu'eBay avait intentionnellement mis sur pied sa campagne pour tromper ses clients, ni que les agissements du site d'enchères étaient suffisamment graves pour laisser penser que les clients allaient être trompés, » a expliqué le juge, Richard Sullivan du tribunal de New York.



Seul l’argument de publicité mensongère aurait été retenu, mais Tiffany n’aurait pas réussi à prouver que les publicités d'eBay avaient induit ses clients en erreur.

Rappelons que Tiffany avait publié le 1er avril le communiqué suivant :

NEW YORK, NY (April 1, 2010) -- Tiffany & Co. (NYSE: TIF) today criticized the decision by the U.S. Court of Appeals for the Second Circuit that allows eBay to continue to sell counterfeit TIFFANY products on its website. While the decision leaves room to establish Tiffany’s claims for false advertising, it leaves in place a prior ruling which allows eBay to profit from counterfeit sales. This decision will not help innocent consumers who are being victimized by illegal e-commerce practices.

Obviously Tiffany is very disappointed by today’s decision. As an e-commerce leader, eBay has a responsibility to protect consumers and promote trust in its marketplace,” said Michael J. Kowalski, chairman and chief executive officer of Tiffany & Co. “eBay knew that counterfeit merchandise was being sold on its site – and eBay took no effective steps to stop it. eBay deliberately misled consumers for profit, and unfortunately, the court has justified its actions. The consumer is the real loser today.

Tiffany’s attorneys are performing a full review of the decision and will consider an appeal to the U.S. Supreme Court.

Il est vrai que la Cour suprême s'était montré plus compréhensive à l'égard des ayants droit dans l'affaire du Peer to Peer (P2P).

Voir ses décisions de décembre 2004 et juin 2005.