Étude : Comment l’industrie du tabac s’allie-t-elle les fournisseurs du futur système de traçabilité des produits du tabac ?

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Publications

Une étude récente de l’Université de Bath (UK) analyse le lobbying intensif de l’industrie du tabac pour garder le contrôle du système de traçabilité européen qui doit être mis en place pour lutter contre les trafics illicites.

L’étude, réalisée en collaboration le Comité national contre le tabac et l’Alliance contre le tabac, recense plus de 200 sources d’institutions internationales et nationales, de politiques européens et nationaux, d’universitaires et d’organisations non gouvernementales, elle liste avec précision les liens entre les multinationales du tabac et leurs fournisseurs favoris (Atos, Essentra, Fracture code, Domino, nano4U, FATA Logistics et bien sûr la Digital Coding and Tracking Association (DCTA), Coalition Against Illicit Trade, ArjoSolutions et Inexto).

L’étude conclut que les critères d’indépendance prévus aux actes européens tout comme The Framework Convention on Tobacco Control’s (FCTC) Illicit Trade Protocol (ITP) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS/WHO) sont faciles à contourner.

En principe, l’industrie du tabac doit choisir ses fournisseurs de stockage de données avant la fin du mois de septembre, tandis que, les États membres doivent aussi prévoir la combinaison des « security features » avant la fin du mois. Rappelons à ce propos que selon le cahier des charges fixé par l’UE : une seule des quatre solutions de sécurité doit être choisie chez un fournisseur indépendant ! <

Télécharger l’étude : « Tobacco industry’s elaborate attempts to control a global track and trace system and fundamentally undermine the Illicit Trade Protocol ».