L’Europe lance le premier « EU//BLOCKATHON Challenge » 2018 doté de 100 000 €

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Manifestations

logo-ObservatoryL’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO) d’Alicante, par l’intermédiaire de l’Observatoire européen des atteintes aux droits de propriété intellectuelle (OIIPR) et avec le soutien de Deloitte, en collaboration avec DutchChain et BenCom, lance un concours international, le premier BLOCKATHON de l’UE, qui aura lieu du 22 au 25 juin 2018 à Bruxelles. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 30 avril 2018.

Co-create the next level of anti-counterfeiting infrastructure

Le Blockathon vise à réunir les meilleurs programmeurs et esprits créatifs afin de libérer le potentiel des chaînes de blocs et de créer conjointement une solution intégrée de lutte contre la contrefaçon avec à la clef un prix de 100 000 €.

Les équipes composées de programmeurs, d’experts en chaînes de blocs et de parties prenantes contribueront à rendre le monde plus sûr et meilleur en dotant les autorités répressives des outils qui leur permettront d’identifier rapidement les contrefaçons et l’activité criminelle, en aidant les entreprises légitimes à protéger leurs actifs commerciaux et en donnant aux consommateurs les instruments pour faire des choix éclairés, véritables.

Insuffler de la confiance

Les consommateurs sont souvent décontenancés lorsqu’ils doivent déterminer l’authenticité d’un produit. En 2017, 10 % des consommateurs de l’UE, soit environ 43 millions de citoyens, ont été amenés à acheter un produit contrefaisant plutôt qu’un produit authentique. Ce chiffre équivaut à la somme des populations de Belgique, Bulgarie, Irlande, Grèce et Portugal. Trois fois plus de citoyens (35 % soient environ 150 millions au total !) se sont demandé si le produit qu’ils avaient acheté était authentique ou contrefait (1).

Selon l’EUIPO, « nombre de technologies, procédures et outils contribuent déjà à la lutte contre la contrefaçon en vérifiant l’authenticité des produits et en contrôlant la chaîne d’approvisionnement. Il s’agit notamment des systèmes de suivi et de traçage, de l’identification par radiofréquence, des contrôles douaniers et des bases de données spécialisées, comme la Enforcement Database de l’EUIPO. Toutefois, ces systèmes sont dispersés et fonctionnent souvent de manière cloisonnée, ce que les réseaux criminels utilisent à leur avantage. »

Rappelons que l’Union européenne est riche en ressources intellectuelles. La créativité, l’innovation et l’entrepreneuriat sont à l’origine de sa croissance. Les secteurs qui font un usage intensif des droits de propriété intellectuelle (DPI) contribuent au PIB de l’UE à hauteur de 42 % et soutiennent directement ou indirectement 38 % des emplois. Les atteintes à la propriété intellectuelle, telles que la contrefaçon et le piratage, nuisent fortement à la croissance de l’UE, puisqu’elles coûtent 90 milliards d’EUR aux entreprises légitimes et réduisent l’emploi d’environ 800 000 postes chaque année. <

(1) EUIPO (2017). Les citoyens européens et la propriété intellectuelle : perception, sensibilisation et comportement, enquête commandée auprès de Deloitte par l’EUIPO.
https://euipo.europa.eu/ohimportal/fr/web/observatory/ip-perception-2017

#EUBlockathon2018