Ouverture à Paris du 6° Congrès mondial sur la lutte contre la contrefaçon et le piratage

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Manifestations

Plus de 800 délégués représentant des organisations gouvernementales et intergouvernementales et des entreprises, de plus de 100 pays, sont réunis, aujourd’hui et demain à Paris, pour discuter de l’impact négatif sur le commerce mondial de la prolifération des marchandises contrefaisantes ou piratées, et de la nécessité de faire respecter la propriété intellectuelle.

logo-Global-Congress

Yves Lapierre, directeur général de l’INPI, a accueilli les participants en soulignant la fierté de la France d’accueillir cette manifestation, qui « reflète la volonté du Gouvernement français de réunir l’ensemble des secteurs de tous les pays pour lutter contre la contrefaçon et le piratage. » Après avoir créé, en 1995, le Comité national anti-contrefaçon (CNAC) qui repose sur un solide partenariat entre les secteurs public et privé, l’INPI a aussi établi, en 2004, un réseau international consacré à la lutte contre la contrefaçon (40 experts sont affectés aux services économiques des ambassades de France dans plus de 80 pays).

Francis Gurry, directeur général de l’OMPI, estime que « le 6° congrès mondial constitue une occasion unique, pour les secteurs public et privé d’unir leurs efforts au niveau international, pour lutter contre la contrefaçon et la piraterie numérique ». Et d’ajouter : « les travaux de l’OMPI, en matière de promotion du respect de la propriété intellectuelle, visent à faciliter l’établissement d’un dialogue constructif et équilibré dans le domaine des politiques internationales, portant sur les défis communs et les solutions novatrices à y apporter. »

Dressant le bilan de l’opération Jupiter V, qui, en Amérique Latine, a permis, en 2010, de saisir pour plus de 200 M$ de produits contrefaisants et l’arrestation de près de 1 000 personnes, Ronald K. Noble, secrétaire général d’INTERPOL a confirmé que l’efficacité en la matière reposait surtout sur le partenariat public et privé. « INTERPOL a renforcé ses efforts et ses ressources engagées pour lutter contre la contrefaçon et le piratage, ce qui s’est traduit par des résultats concrets, en particulier contre les contrefaçons dangereuses. »

Même constat chez Kunio Mikuriya, secrétaire général de l’OMD, pour qui « le partenariat public/privé est le moyen idéal de trouver des solutions innovantes aux menaces que posent la contrefaçon et le piratage à la santé et à la sécurité des consommateurs. »

Plus concret, Jean Guy Carrier, secrétaire général de la CCI, a souligné que « bien que la situation soit mieux connue, que le nombre de programmes se multiplie et que la coopération entre les diverses parties prenantes soit renforcée, le problème continue de s’intensifier. » Allant même jusqu’à dramatiser avec des chiffres dont il faudra vérifier la consistance: « Les nouveaux travaux de recherche qui seront présentés au congrès montreront que les incidences du commerce illicite du faux sont énormes, avec plus de 1.000 milliards de dollars américains de pertes annuelles pour les économies, les gouvernements et les consommateurs du monde entier et plus de 2 millions d’emplois menacés. » Enfin, il a annoncé : « que la CCI, dans le cadre de son initiative BASCAP, allait lancer, lors du présent congrès, de nouvelles initiatives pour trouver des solutions novatrices, et réaffirmer notre soutien en faveur de la propriété intellectuelle en tant que moteur de l’innovation et expliquer aux consommateurs pourquoi ils ne devraient pas acheter de faux. »

Tab-Bascap-global-impacts

Source rapport réalisé par Frontier economics pour le compte du BASCAP de la Chambre de commerce internationale : « Estimating the global economic and social impacts of counterfeiting and piracy » - February 2011

De même pour Gerhard Bauer, président de l’INTA : « la contrefaçon et le piratage font perdre des milliards d’euros aux gouvernements et aux entreprises, avec des risques sociaux et sanitaires alarmants. D’où, la nécessité de faire connaître au public les risques économiques, sociaux et sanitaires liés à ce délit. »

Sur le thème « Promotion du respect de la propriété intellectuelle : des solutions durables à un problème mondial », les discussions du congrès chercheront à définir « une approche équilibrée de la lutte contre la contrefaçon et le piratage » et « favoriser une meilleure compréhension des facteurs qui alimentent le commerce de produits illégaux afin d’élaborer des solutions durables pour y mettre un terme. »

Programme et liste des conférenciers sur : www.ccapcongress.net