MEDICRIME : l'IRACM appelle tous les pays signataires à la ratifier au plus vite

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Législation

Ratification-FR-MEDICRIMEAlors que la France a (enfin) ratifié officiellement la Convention Médicrime, le 21 septembre 2016, l’Institut International de Recherche Anti-contrefaçon de Médicaments (IRACM), l’un des rares sinon le seul acteur international — financé par Sanofi — entièrement dédié à la lutte contre la contrefaçon de produits de santé, appelle les pays signataires à se mobiliser au plus vite pour mettre en œuvre cette convention destinée à lutter plus efficacement contre le fléau des faux  médicaments. Cet appel s'adresse aussi aux pays non membres du Conseil de l'Europe puisque Médicrime est ouverte à tous les États du monde.

Face à la menace croissante que représentent les faux médicaments, en particulier avec l’explosion des ventes sur internet, la ratification de la convention Médicrime permet aux États de disposer d'un instrument juridique contraignant pour mieux lutter, et coopérer entre eux, contre les faux produits de santé et les infractions menaçant la santé publique. 

Bernard Leroy, le directeur de l'IRACM, s’alarme que « les deux-tiers des pays signataires n'ont toujours pas ratifié cette convention signée il y a déjà cinq ans; il faut agir dès maintenant et envoyer un signal fort aux criminels. Nous espérons que la ratification de Médicrime par la France impulsera une nouvelle dynamique dans l'adoption la plus largede cet instrument juridique unique au monde

« L'IRACM est convaincu que seules une action commune et desrègles harmonisées et mises en œuvre à l'échelle internationale permettront de contenir ce fléau. Celui-ci touche les populations d'Afrique,d'Amérique latine, mais aussi des pays occidentaux,enrichit les réseaux criminels et finance le terrorisme, » rappelle-t-il.

Contrairement aux idées reçues, tous les pays sont concernés par la contrefaçon de produits de santé.Selon le Conseil de l'Europe, les ventes mondiales de médicaments contrefaits auraient ainsi doublé en à peine cinq ans (entre 2005 et 2010) et rapporteraient aux trafiquants plus de 70 milliards d'euros par an.

Pour en savoir plus sur la Convention Médicrime