Shanghai : le temple du faux chinois défie les grandes marques

Écrit par Julien SERRES le . Rubrique: Contrefaçon

Face à l’ampleur de l’offre, c’est à se demander si les autorités Chinoises ne tiennent pas un double langage. Opacité.

CIMG1235-p6_fmtA Shanghai, le marché à ciel ouvert Xiangyang Market est cité dans tous les guides touristiques. Sa particularité est de proposer exclusivement des articles contrefaisants. Sur environ 2 hectares, plusieurs centaines de stands, étalent les articles les plus divers. Tous ont un point commun : ils sont griffés d’une grande marque européenne, américaine ou japonaise.

Plusieurs centaines de mètres avant l’entrée, des rabatteurs sont postés sur les trottoirs. Chaque touriste est immanquablement interpellé « Rolex, Louis Vuitton, cheap ! ». Le vendeur dispose même de dépliants en couleur montrant les articles les plus prisés par les touristes. Rares sont les chinois qui parlent anglais et une photo fonctionne mieux qu’un discours approximatif. Les Shanghaiens s’approvisionnent aussi sur ce marché même s’il est trop cher à leurs yeux.

> ni la police, ni la justice ne semblent s’inquiéter

CIMG1234-p6_fmt CIMG1232-p6_fmt

On trouve à peu près de tout. Sacs à main (10 à 20 USD), clubs de golfs (50 USD), montres (5 à 50 USD), lunettes de soleil (2 à 15 USD), DVD (1USD), chaussures (10 à 20 USD), blousons, T-shirts, maroquinerie, bijoux de marque (2 à 80 USD)… Les articles vendus sont souvent de piètre qualité et cédés à des prix dérisoires après une courte négociation. Les vendeurs sont prêts à tout pour vendre un article de plus. Faire baisser les prix en achetant 2 ou 3 articles similaires est un véritable jeu d’enfant. Si la montre de vos rêves n’est pas sur le stand on vous demandera poliment de vous asseoir et d’attendre. Si vous manquez de temps, le vendeur vous proposera un rendez-vous pour l’après-midi ou le lendemain. De même si de retour à votre hôtel vous constatez qu’un de vos achats est abimé, le vendeur vous le changera sans que cela ne pose de problème.

Les articles de meilleure facture ne sont pas sur le marché mais gardés à l’abri dans des appartements avoisinants. Pour y avoir accès, il suffit de refuser la qualité proposée sur le stand et d’agiter quelques billets. Le vendeur vous montrera alors le dernier catalogue de la marque originale et vous demandera quel article vous souhaitez. Un rendez-vous sera fixé et vous pourrez alors réaliser vos achats en toute discrétion, dans un appartement-entrepôt. Vos achats vous seront directement livrés à l’hôtel ou même envoyés en Europe. Moyennant un supplément, le vendeur prendra en charge l’envoi sous paquet discret de vos achats.

Feng Liu est sans doute l’un des plus gros vendeurs du marché. Avec sa famille, il tient plus de 8 stands : aucun secteur ne lui échappe. Il avoue vendre plus de 100 DVD par jour, une dizaine de sacs, autant de montres, de lunettes, et de sacs de sports, et quelques clubs de golfs. Soit au bas mot, un chiffre d’affaires mensuel de 20 000 USD ! Une fortune facile d’autant que ni la police, ni la justice ne semblent l’inquiéter. Certes la police patrouille consciencieusement… mais en périphérie du marché ! <

Julien SERRES