Lutte anti-contrefaçon : Alibaba va créer 12 groupes de travail sous l'égide de l’AACA

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Contrefaçon

Alibaba-IPRAlibaba a annoncé, lors d’un séminaire avec les titulaires de marques à  Guangzhou, le 16 janvier 2018, une série d'initiatives en ligne et hors ligne visant à renforcer la protection des droits de propriété intellectuelle sur ses plates-formes. En 2018, le Groupe va créer 12 groupes de travail de travail industriels sur les DPI et intensifier les achats anonymes de produits de marque dans le cadre l’Alibaba Anti-Counterfeiting Alliance (AACA).

L'objectif de l’AACA est de mettre en commun les informations et de tirer parti de l'expertise des marques et des détenteurs de droits pour construire une base de données plus forte de marchandises suspectes.

Cela devrait accélérer le processus d'authentification de produits, améliorer l'algorithme de retrait proactif des faux produits et faciliter la collecte des données probantes pour des actions judiciaires.

D’autres mesures hors ligne musclée ont été dévoilées. Elles comprenaient un élargissement des ateliers DPI avec divers organismes chargés de l'application de la loi, ceux qui offrent l'expertise directement aux marques et aux détenteurs de droits, à l'intérieur et à l'extérieur de la Chine.

L'année dernière, Alibaba a tenu environ deux douzaines de ces sessions à travers la Chine pour différents organismes qui traitent des enquêtes de produits contrefaits et de contrefacteurs. Les ateliers portent sur le rôle d’Alibaba et les mesures prises pour trouver et éliminer les faux produits.

« Il est très important pour les marques, les plates-formes et les agents de police de collaborer », a déclaré Lynn Fu, directeur de la coopération de la protection des marques à Alibaba Group.
La  mission de l'AACA, fondée il y a un an,  « est de créer une société où les faussaires n’ont pas de place pour se cacher. » Celle-ci regroupe, environ 30 marques internationales, dont Louis Vuitton, Uniqlo et Burberry, entre autres.

Michael Yao, premier vice-président d’Alibaba, a déclaré que l’AACA a l'intention d’accroître le nombre de ses membres tout au long de l'année. Et formera des groupes de travail, classés par industrie et marchés. Alibaba envisage la création de 12 groupes de travail sous l'égide de l’AACA.

Matthew Bassiur,  Chef de l' application Global IP d’Alibaba  a cité l'exemple de l’interdiction, l’année dernière,  de toutes les listes de composants d'airbag automobile de ses plates-formes internationales. « À cette époque, l'industrie nous a dit, « ils sont dangereux. Ils peuvent prendre des vies. Pouvez-vous les interdire?  Ces groupes de travail dédiés à l'industrie vont s'engager dans un travail similaire. »

De même, les marques ont exprimé leur intérêt pour des achats tests et le partage plus anonyme d'informations entre les membres Alibaba et de l’AACA.

Alibaba utilise également le big data pour détecter les faux produits et les acteurs douteux. En 2016, l' Opération Cloud Sword a  démontré la puissance de l’analyse de données.  Alibaba a fermé 471 sites de production de faux, arrêté 332 suspects et saisi des produits contrefaits d'une valeur de RMB 1,43 milliard de dollars sur une période de quatre mois. En 2017, Alibaba a conduit 1 910  opérations de police, qui ont aidé à l'arrestation de 1 606 suspects et à la fermeture de 1328 sites de production et de distribution.

Enfin, Alibaba et la société pharmaceutique française Bioderma ont récemment déposé une double plainte à Shanghai et à Hangzhou contre des vendeurs de faux produits de soin. <

PhC