Marseille : démantèlement d’un important réseau de trafiquants de cigarettes

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Contrefaçon

Operation Marseille 096Après plusieurs mois d’enquête, les agents du Service national de douane judiciaire (SNDJ) viennent de démanteler le plus important réseau de trafiquants de tabac identifié agissant sur le Port de Marseille. Le chef de cette organisation criminelle internationale et tous ses principaux complices ont été interpellés les 17 et 18 novembre.

L’affaire débute, le 13 mai 2016, suite au contrôle d’un individu par les douaniers alors que, sur le port, il charge 150 cartouches de cigarettes en provenance du Maghreb dans sa voiture.

L’enquête permet d’identifier un important groupe criminel qui importe illégalement des cigarettes par ferry depuis l’Algérie : entre 5 000 et 7 500 cartouches de cigarettes de contrebande par mois.

Operation Marseille 159
© Douane française
 
Le responsable du réseau dispose d’un bras droit, de porteurs, de stockeurs et d’un individu qui joue le rôle de « banquier ». Il s’appuie aussi sur des marins de ferries chargés de l’importation illégale et sur plusieurs semi-grossistes pour la revente dans la région PACA.
 
Le 17 novembre, treize perquisitions sont réalisées au domicile des suspects et dans les lieux de stockages identifiés. De manière simultanée, plus d’une trentaine d’agents perquisitionnent un ferry, pendant plus de 13h, à bord duquel les trafiquants importent des cigarettes trois fois par semaine. Trois marins sont interpellés et plus de 1 000 cartouches sont saisies dans les faux plafonds des cabines et coursives.
 
Au total, 16 personnes ont été placées en garde à vue. Parmi celles-ci 11 ont été mises en examen par le juge d’instruction et placées en détention provisoire. Près de 1 600 cartouches de cigarettes représentant une valeur de 100 000 euros, une arme de poing approvisionnée et 27 000 euros en espèce ont été découverts lors des différentes perquisitions. Par ailleurs, près de 40 000 euros ont été saisis sur des comptes bancaires ouverts en France par les marins.
 
Avec un bénéfice net reconnu de 10 à 15 euros par cartouche, ce trafic pouvait rapporter de 600 000 à 1 million d’euros par an aux principaux organisateurs.