Route de la soie : le défi du contrôle des conteneurs ferroviaires

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Chiffres et indicateurs

logo-IPCrime Forum-150pxÀ l’occasion, du Forum on IP Enforcement qui vient de se tenir à Paris (OCDE - 12&13 juin), Christian Archambeau, directeur exécutif de l’EUIPO, a déclaré que la nouvelle route de la soie ferroviaire (avec notamment comme terminaux Duisbourg (Allemagne) et Lyon) représentait actuellement un trafic de 1 000 conteneurs par jour. Avec un triplement du trafic d’ici à 2025 pour atteindre 3 000 conteneurs/jour, soit environ 1 million de conteneurs/an.

Pour que cette nouvelle route ne devienne pas une route de la contrefaçon, un minimum de contrôle des marchandises s’impose, selon Christian Archambeau. Tandis que la voie maritime entre, la Chine et l’Europe, demande 4 à 5 semaines d’acheminement, ce qui laisse le temps aux autorités douanières d’analyser les documents de transport. En revanche, la voie ferroviaire, d’une part, réduit ce temps à environ une semaine (le parcours de 10 000 km s’effectue actuellement en 12 jours)  ; d’autre part, contrairement aux ports, les terminaux ferroviaires ne sont pas pourvus d’une zone de stockage. Ce qui réduit considérablement les possibilités d’effectuer un contrôle physique des marchandises. <

PhC