Étude EUIPO : Les Européens ont une perception positive de la propriété intellectuelle

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Chiffres et indicateurs

« 97 % des citoyens de l’Union européenne estiment important que les inventeurs, les créateurs et les artistes-interprètes puissent protéger leurs droits et être rémunérés pour leur travail », selon une étude menée en 2016 par l’EUIPO au sujet de la perception de la propriété intellectuelle. L’étude porte sur un échantillon de 26 555 participants âgés de 15 ans dans les 28 États membres de l’Union .

Par ailleurs, 70 % des personnes interrogées ont déclaré que rien ne peut justifier l’achat de produits contrefaisants et 78 % des participants considèrent que l’achat de contrefaçons a des conséquences négatives sur les entreprises et les emplois.

01-EUIPO-perception-DPI

Cette étude confirme globalement les résultats d’une étude similaire menée par l’Office de l’Union européenne pour la protection de la propriété intellectuelle (EUIPO) en 2013.

Contrefaçon : une tolérance rémanente des jeunes

Néanmoins, l’étude montre que davantage de tolérance semble exister concernant l’achat de contrefaçons, en particulier chez les jeunes. En effet, 15 % des participants âgés de 15 à 24 ans déclarent avoir intentionnellement acheté un produit contrefaisant au cours des douze derniers mois, soit 9 points de pourcentage de plus qu’en 2013.

En outre, dans le contexte de la crise économique actuelle, 41 % des jeunes ont déclaré qu’ils trouvaient l’achat de contrefaçons admissible si le prix de l’original était trop élevé. Trois quarts de l’ensemble des participants ont affirmé qu’ils arrêteraient d’acheter des contrefaçons si d’autres produits à des prix abordables étaient disponibles.

83 % des personnes interrogées ont répondu qu’elles préfèrent accéder à des contenus numériques au moyen de services autorisés lorsque des options abordables sont disponibles et 71 % des participants qui admettent recourir à des sources illégales affirment qu’ils renonceraient à cette pratique si des solutions de substitution abordables leur étaient accessibles.
27 % des personnes interrogées ont déclaré avoir payé pour du contenu provenant de sources légales, soit 7 points de pourcentage de plus qu’en 2013, et 69 % d’entre elles considèrent que les sources légales proposent des produits de meilleure qualité.

Parmi le groupe des participants âgés de 15 à 24 ans, 41 % des jeunes ont affirmé avoir payé pour accéder à du contenu provenant de sources légales, soit 8 points de pourcentage de plus qu’en 2013.
Le pourcentage de participants ayant déclaré sciemment accéder à du contenu piraté n’a pas changé depuis 2013 (27 % des jeunes de 15 à 24 ans et 10 % de l’ensemble des participants).

Cependant, la confusion ne cesse d’augmenter quant à ce qui constitue une source légale. L’an dernier, 24 % des participants, soit 5 points de pourcentage de plus qu’en 2013, se demandaient si une source en ligne était légale, et ce pourcentage grimpe jusqu’à 41 % chez les jeunes. De plus, 10 % des participants ont affirmé avoir été induits en erreur lors de l’achat de produits.

Depuis la publication de l’étude de 2013, l’EUIPO a pris une série de mesures, visant directement les citoyens de l’Union européenne. Le portail européen du contenu en ligne agorateka propose une façon d’identifier du contenu légal en ligne dans l’Union. <

 

Infographies : visualiser les principaux résultats