Palmares Inpi 2016 : le secteur automobile toujours en tête des déposants de brevets en France

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Chiffres et indicateurs

En 2016, le secteur automobile reste en tête des déposants de brevets, suivis des principaux secteurs industriels où la France est en pointe : cosmétique, aéronautique, télécommunications, électronique, chimie et énergie. Fort heureusement, on constate la présence rassurante, parmi les 10 premiers déposants, des grands organismes de recherche publique dont par ailleurs 5 nouveaux font leur apparition dans le Top 50.

INPI-palmares2016

Il faudrait sans doute estimer l’intérêt novateur des brevets déposés par l’industrie automobile. Ceux-ci seraient souvent des brevets d’amélioration qui visent surtout à freiner la concurrence que des brevets à forte valeur ajoutée, comme ceux de la recherche publique.

Cela dit, le Groupe Valeo constate une triple révolution dans l’industrie automobile source d’innovations : l’électrification de la chaîne de traction, le véhicule autonome et connecté, les nouveaux services de mobilité et le digital. Sans oublier la réduction des émissions de CO2 et la conduite intuitive.


Des changements de stratégies de propriété industrielle

L’Inpi constate que des changements de stratégies de propriété industrielle semblent se dessiner avec des hausses et des baisses de demandes de brevets significatives parmi les 20 premiers déposants.
Continental Automotive et le groupe Valeo sont les deux plus fortes progressions de cette édition, passant respectivement de la 21e à la 17e place (+78 % de demandes publiées) et de la 3e à la 1re place (+49 %). Les groupes L’Oréal et Orange progressent respectivement de 17 % et de 15 %.
Air Liquide (-36 %) passe du 12e au 15e rang, suivi par le groupe Arkema (-16 %) et le groupe STMicroelectronics (-10 %).


La recherche publique de plus en plus visible

Les organismes de recherche publique sont de plus en plus présents dans le palmarès des grands déposants : le CEA et le CNRS, classés respectivement 4es et 6es l’an dernier, conservent leur place en 2016. L’université Claude Bernard Lyon 1 gagne 2 places (passant de la 32e à la 30e place), le Centre national d’études spatiales en gagne 5 (passant du 35e au 30e rang, ex aequo avec l’université Claude Bernard Lyon 1) et Aix-Marseille Université gagne 4 places (passant de la 46e à la 42e place). Par ailleurs, 5 organismes de recherche publique font leur entrée dans le Top 50 cette année : ils sont donc au nombre de 10 en 2016, contre 5 l’an dernier.

9 nouveaux entrants dans le Top 50 des déposants, dont 5 organismes de recherche publique :

  • Halliburton Energy Services Inc. : 57 demandes publiées
  • INSERM : 41 demandes publiées
  • INRA : 41 demandes publiées
  • Université de Bordeaux : 41 demandes publiées
  • Landmark Graphics : 35 demandes publiées
  • Aptar France SAS : 33 demandes publiées
  • Chassis Brakes International : 33 demandes publiées
  • Bordeaux INP : 29 demandes publiées
  • Université Grenoble Alpes : 29 demandes publiées


Une forte concentration des demandes de brevets publiées

Les demandes de brevets publiées par les 50 premiers déposants représentent plus de la moitié du total des demandes publiées (50,1 %) contre un tiers des demandes en 2004 (33,1 %).
Cette progression est portée par les 20 premiers déposants : ils représentent 42,2 % des demandes de brevets publiées en 2016, contre 41,2 % en 2015 et 25,2 % en 2004.
Ce phénomène s’expliquerait en partie par une concentration de plus en plus importante des entreprises elles-mêmes, accentuée ces dernières années par des rachats et fusions.<

PhC