Le Comité Colbert partenaire de la campagne de l’Unesco en faveur du patrimoine et de la créativité

Écrit par © Filactu le . Rubrique: Campagnes

CR114-Unesco 20150623La France est le pays pilote de cette nouvelle campagne de l’Unesco sur le thème « #Engagés pour le patrimoine et la créativité ». Celle-ci, qui doit durer 5 ans, sera ensuite déclinée dans les 195 pays membres de l’Unesco. Elle vise à mobiliser l’opinion contre les trafics illicites des biens culturels.

Cette campagne rejoint les objectifs du Comité Colbert en faveur de la promotion de la créativité, la défense de la propriété intellectuelle et la lutte contre la contrefaçon.

Pour Irina BOKOVA, la directrice générale de l’Unesco, « les conflits au Moyen Orient (Syrie, Irak, Libye, Yémen), qui alimentent , le vol, le marché noir, le pillage et le trafic illicite des biens culturels, sont une négation pure et simple des peuples. Ils ravalent l’histoire au rang de marchandise. Ils portent un préjudice grave, souvent irréversible, à la mémoire collective et à la cohésion sociale. La culture  est un moteur de création, d’inspiration, de dépassement et chacun de nous peut aider à la faire vivre. Et aujourd’hui toute l’action de l’Unesco est mobilisée pour intégrer la dimension culture et protection du patrimoine dans toutes les décisions de l’ONU. »

Selon Édouard PLANCHE, de l’Unesco, «  l’importance des destructions culturelles au Moyen Orient est équivalente à celles de la seconde guerre mondiale. Le musée de Bagdad a perdu 15 000 objets dont seulement la moitié a été retrouvée. Il faut absolument endiguer ce trafic d’autant qu’il est associé à une guerre médiatique de propagande. »

Mais qui achètent ces œuvres ? « Il faut bien reconnaître que les collectionneurs sont à Paris, Londres ou Genève, » déplore Élisabeth PONSOLLE des PORTES, déléguée générale du Comité Colbert. « Les acheteurs sont complices de ce trafic ». Un marché noir qui se développe en Europe mais aussi en Asie et en Amérique Latine.

Des valeurs pour lesquelles, depuis 70 ans, le Comité Colbert se bat.  « Héritage et créativité sont les deux moteurs de nos maisons, » déclare Sydney TOLÉDAN, le PDG de Christian Dior Couture et qui anime la commission propriété intellectuelle du Comité. « Il est important de veiller à la transmission du patrimoine auprès des jeunes générations avec ses valeurs de respects des créateurs, de la matière, du sens du détail et de la bienveillance.

La campagne de l’Unesco vise justement à se réapproprier ces valeurs par l’éducation en amont. 

Dire aux jeunes « n’achetez pas de contrefaçon » suscite le rejet, en revanche nous pensons qu’il est important de transmettre, de réexpliquer ce qu’est le patrimoine et la créativité. »

« Nul doute que les jeunes seront plus sensibles au message positif de la campagne et à sa dimension éthique, » souligne Élisabeth Ponsolle des Portes. « La propriété intellectuelle, née de la révolution française, permet aux créateurs de vivre et aux entreprises d’investir. Selon une étude récente de l’OHMI de la Commission européenne, les entreprises à fort potentiel de créativité représentent un emploi sur trois en Europe. Elles génèrent 26 % des emplois directs et 39 % du PIB de l’Europe. »

La campagne d’affichage, à laquelle la douane est associée, sera lancée le 1er juillet prochain dans les aéroports et dans Paris, sur 300 panneaux d’affichage JC Decaux.

 

PhC