• carte-heuristique

    Carte heuristique des acteurs

    Qui est impliqué dans la lutte ?
    De très (trop ?) nombreux acteurs nationaux et internationaux
    dont la coordination et les actions tendent à s'améliorer,
    sans toutefois exclure certains conflits d'intérêts...
    Un vrai millefeuille !

    > Lire la suite

  • OECD-illicit-trade-navy-349x316
  • Types-fakes-goods-USvsUE
  • UE-taxes-Tabac
  • Tobacco-seizure-2015

Actualité

Quelle attitude adopter face à un contrefacteur ?

le . Rubrique: Réparation

La méthode des arbres de décision permet d’évaluer tous les cas de figures avant de négocier, d’attaquer ou de changer de stratégie. Démonstration.

« Lorsqu’un chef d’entreprise est confronté à un cas de contrefaçon sa réaction est souvent épidermique », constate Pierre Breesé, conseil en propriété industrielle. « Il veut généralement mettre en pièces son adversaire. C’est pour éviter ce type de réactions irrationnelles que nous avons développé une méthodologie de type " arbre de décision. " Son but est d’éclairer les choix de nos clients en plaçant la logique économique au cœur de la décision. En resituant le problème de la contrefaçon dans un contexte business. »

Fruit de l’expérience du Cabinet Breesé, Derambure, Majerowicz, la méthode des arbres de décision permet d’étudier sur des critères objectifs et quantifiés les principaux scénarii avant de choisir l’option la plus conforme aux intérêts de l’entreprise. « Le métier du chef d’entreprise est d’arbitrer entre deux risques : le risque juridique et le risque commercial », poursuit Pierre Breesé. « L’arbre de décision passe en revue tous les aspects du problème de façon méthodique. Car être détenteur d’un droit de propriété industrielle n’est pas synonyme d’invulnérabilité. Pour éliminer un contrefacteur, l’action judiciaire n’est pas forcément la meilleure solution, l’intérêt de l’entreprise peut-être de développer sa R&D, ou encore d’accroître son budget de publicité,…-»

Toutefois l’entreprise victime adopte souvent une posture menaçante pour faire cesser la fraude. Le principe de l’arbre de décision est d’affecter à chaque nœud un coût et une probabilité de décision favorable ou défavorable. Ces arbres peuvent être très complexes et prendre en compte des centaines de paramètres sachant que le coût d’une procédure judiciaire varie en France pour la seule première instance, de 15 000 à 70 000 euros. Bien entendu ces arbres sont à double usage, la méthode est réversible. Si elle peut aider l’entreprise à mieux défendre ses droits, elle peut aussi aider un contrefacteur à évaluer le risque de détourner sciemment un brevet plutôt que d’acquérir une licence jugée trop chère…

L’exemple ci-dessus présente un arbre volontairement simple afin d’être lisible. Il vise à mesurer (pour une entreprise détentrice d’un brevet) les chances de succès d’une attaque en première instance à l’encontre d’un contrefacteur. La question étant de savoir à partir de quel montant de dommages le contrefacteur préfèrera négocier l’acquisition d’une licence-?

> un risque faible pour les contrefacteurs

« Le principe des arbres de décision consiste toujours à partir de la situation finale, en l’occurrence considérée comme favorable ou défavorable au contrefacteur, pour ensuite remonter le flux des décisions jusqu’à répondre à la question posée. L’arbre procède à une mathématisation du cheminement des décisions. Il convient ensuite de travailler le dossier pour développer les arguments techniques permettant d’augmenter ses chances de succès à tous les stades de la procédure », explique Alain Kaiser, spécialiste de la méthode.

Si le montant des dommages est estimé a priori à 120 000 euros et qu’il s’agit d’un contentieux simple en première instance, (dont le coût minimal sera de 34-000 euros quelle que soit l’issue de la procédure) ; les chances d’obtenir une décision favorable d’indemnisation pour l’entreprise (mais défavorable pour le contrefacteur) ne sont que de 7% selon les statistiques générales des procédures en contrefaçon (120 000 + 34-000 = 154-000). En revanche, l’expérience montre que dans 93% des cas le tribunal ne donne pas satisfaction au titulaire qui n’optient que 25 % des indemnitésdemandées, soit 30 000 euros.

Néanmoins en préparant ses arguments face à la partie adverse, l’entreprise peut modifier sensiblement les chances de succès et obtenir du juge un montant d’indemnités plus substantiel. Un arbre plus complet pourra aussi tenir compte des conséquences d’une procédure en appel, voire en cassation.

Dans cet exemple, les chances de " succès statistiques " du titulaire sont en moyenne de 1/3 de gagner son procès, ce qui ne veut pas dire qu’il sera remboursé de ses frais de contentieux. En conclusion, il apparaît que la jurisprudence actuelle ne fait courir au contrefacteur qu’un risque relativement faible, proche du montant des frais de procès. Si la jurisprudence était " plus dur ", comme aux Etats-Unis, le risque serait plus grand pour les contrefacteurs…<

Site Web : www.bredema.com

 

Quel est le niveau maximal acceptable pour qu’un contrefacteur d’un brevet accepte une licence de ce brevet qu’il contrefait plutôt que de continuer à contrefaire ?

Graphique-arbre_fmt

 

 

 

 

 

En moyenne, l’indemnisation sera de 93%X30-000 + 7% X154 000 = 38-680 euros.

En procédant de la même façon sur les nœuds amonts on en déduit qu’au delà d’un prix maximal de licence de 35 627 euros, il est financièrement plus intéressant pour le contrefacteur de se faire attaquer en contrefaçon.

Logiciels mal protégés, logiciels piratés...

le . Rubrique: Technologies

Tous les logiciels sont protégeables de façon robuste et fiable. Dès lors, les éditeurs victimes sont aussi coupables de négligences. Un risque à calculer.

La contrefaçon des pièces de rechange : une arme de destabilisation

le . Rubrique: Contrefaçon

En polluant les marchés émergents la contrefaçon asiatique tend à affaiblir l’industrie automobile européenne. Arguments.

Les demandes d’intervention préalables facilitent le travail des douaniers

le . Rubrique: Chiffres et indicateurs

Afin de lutter plus efficacement contre les marchandises soupçonnées de contrefaçon, de plus en plus d’entreprises déposent une demande d’intervention préalable auprès de la douane. Cette procédure a été récemment simplifiée et élargie à tous les types de droit, par le règlement communautaire n°1383/2003 qui est entré en application le 1er juillet 2004.

Europe : Progression des affaires et des pays

le . Rubrique: Chiffres et indicateurs

La Commission européenne a récemment publié les statistiques concernant la lutte anti-contrefaçon sur les 9 premiers mois de l’année 2004.

Interview de Frédéric Delacroix / Délégué général de l’Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle

le . Rubrique: Interviews

« Faire prendre conscience des dangers du téléchargement illégal »

Contrefaçon riposte : quand a été créée l’ALPA et qui sont ses membres ?

Un Phénix 2005 pour le CNAC

le . Rubrique: Campagnes

Phénix-2005Cnac fmtChaque année l’UDA (Union des Annonceurs) récompense «l’innovation dans la communication». en décernant sept prix. Le Comité National Anti-Contrefaçon a reçu le Phénix 2005 dans la catégorie «relations publiques» pour sa campagne «Contrefaçon DANGER» réalisée par l’agence i&e.

Le cinéma en campagne

le . Rubrique: Campagnes

A la veille du Festival de Cannes, le Blic et le SEV lancent dans les salles de cinéma et sur certains DVD une campagne de sensibilisation contre le téléchargement illégal.

Contre les moutons noirs de l’e-commerce

le . Rubrique: Acteurs

Le ministre délégué à l’Industrie, Patrick Devedjian, a mis en place un groupe de travail sur la distribution des produits contrefaisants sur Internet. D’ici le 31 mai, le groupe composé de Jean Berbineau, membre du Conseil général des technologies de l’information, Christian London, directeur juridique de Lacoste et Pierre Sirinelli, professeur de droit à l’Université Paris I, devra établir un constat et formuler des propositions pour répondre aux difficultés rencontrées par les entreprises.

Réservez votre N° spécial

  • Couv-Arjo-Solutions

    Arjo Solutions démocratise
    ses outils d'authentification

    Veille en ligne et sécurisation des produits : pour une approche
    intégrée de la protection des marques

    > Signoptic®, à l’assaut du marché parallèle dans le luxe
    > Canada : Des pièces de monnaie dont l’origine est certifiée
    > Bourgogne : Un grand cru doit protéger ses bouteilles
    > Arjo Solutions accentue son développement en Amérique Latine
    > Trois questions à...  Aurélien TIGNOL, P-Dg de Arjo Solutions

    > Télécharger

  • Couv-GenEtiq  

    Gen’étiq concepteur d’étiquettes
    de sécurité fête ses 20 ans

    « Aujourd’hui, l’étiquette devient communicante. »

    Patrick Deschamps : « Notre valeur ajoutée, c’est notre créativité
    et notre réactivité »

    « Nous maîtrisons désormais une trentaine de technologies
    contre une douzaine à
 nos débuts ;
    ce qui permet de réaliser des étiquettes plus sophistiquées pour le même prix. »

    > Télécharger

  • Couv-PopimsCode

    PopimsCode : l'authentification
    en mode AAS (As A Service)

    PopimsCode : certifie à partir d’un smartphone toutes les signatures optiques
    > Comprendre l’originalité de l’écosystème PopimsCode : Qui fait quoi ?
    > Contre le vol et la fraude : annuler la validité à distance
    > Comment mettre en œuvre PopimsCode ?
    > L’authentification unitaire n’est plus un luxe
    > PopimsCode travaille sur l’identité des personnes
    > L’enrôlement des codes : rien de plus simple
    > Trois questions à...  Franck GUIGAN, président-fondateur de PopimsCode

    > Télécharger

  • Couv-Prooftag

    Prooftag : le code à bulles
    sécurise tous les marchés

    Des signatures à bulles uniques et infalsifiables
    > L’Institut Suisse de Gemmologie SSEF
    > Vins californiens : Château Montelena
    > Akillis : des bijoux certifiés
    > Horlogerie : Hautlence
    > Archean Technologies protège sa PI
    > Horlogerie : Parmigiani
    > L’authentification des grands crus : un atout marketing
    > Bordeaux : Comtes von Neipperg
    > La protection des diplômes en Côte d’Ivoire
    > La mairie de Cotonou sécurise les actes et titres immobiliers

    > Télécharger